Festival Ciné Junior : Édition 2003
de Dominique Standaert

Fiction / Belgique / 2002 / 104 min

La Belgique, de nos jours. Justin, enfant noir originaire du Bénin et pygmée par sa mère, vit seul avec son père ; ils sont tous deux sans-papiers. Par un enchaînement de circonstances malencontreuses et de malveillances racistes, le père et le fils doivent fuir leur appartement. Rapidement, le père est arrêté et expulsé. Quant à Justin, il trouve refuge chez Frans, un homme bourru qui vit entouré de Gerda qui l’aide dans ses tâches quotidiennes et est amoureuse de lui. Poussé par Gerda, Frans met tout en œuvre afin que Justin retrouve son père et que, pour une fois, les droits de l’homme et des sentiments l’emportent.

Sous le signe du lien "Hop" est l’une des rares productions cinématographiques entièrement belge ; elle fut tournée en Wallonie comme en Flandre et y participent des financements, des interprètes et des techniciens des deux régions. C’est donc un film placé sous le signe du lien et de l’union dès sa genèse.
Justin est le lien narratif par lequel le film revît la forme d’un trajet circulaire. Fil conducteur du récit présent dans la majorité des scènes, il est celui par qui tout arrive. Volontairement ou pas, il pousse les autres personnages à agir et renforce les liens qui les unit. Il est également un lien social, intermédiaire entre son père analphabète et la société, au quotidien comme dans les situations les plus extraordinaires. ll lie passé et présent, culture africaine et européenne. C’est également par lui que Frans renoue avec l’engagement et l’activisme politiques. Justin symbolise ainsi le passage de relais, la descendance, l’adaptation et l’intégration.

Top