Un Festival Jeune Public en Palestine : Que peut le cinéma ?

« Le cinéma, un pays en soi, un pays en plus sur la carte du monde »

Face à une telle situation, « que peut-le cinéma ? » pour reprendre l’interrogation qui sert de titre à l’ouvrage de Janine Euvrard (3).
Sans doute pas grande chose si l’on attend du cinéma qu’il apporte une solution au conflit. La question n’est pas de transformer le cinéma en porteur de message ou de lui demander ce que seul le politique peut accomplir.
En revanche le cinéma travaille sur les représentations et en ce sens il peut beaucoup….
Dominique Dubosc, toujours dans l’ouvrage de Janine Euvrard, déclare ainsi : « le cinéma sert énormément, mais en amont de toute cause particulière, avant toute compréhension. Avant tout. Si un film peut nous faire éprouver, rendre plus proche, plus concrète une réalité étrangère ou nous plonger dans cette étrangeté, ça peut servir. Mais dans un sens très général, pas du tout dans un sens stratégique. »
Dans des territoires isolés, où l’univers visuel se limite à l’illusoire « fenêtre sur le monde » du petit écran, le cinéma peut devenir « ce pays en soi, cet autre pays sur la carte du monde » (Jean-Luc Godard).
On mesure évidemment la portée de cette citation de Godard lorsqu’il s’agit de la Palestine.

Pour les enfants de Palestine, le cinéma, peut être le moyen de retrouver l’espace de rêve nécessaire à la construction de leur psychisme et participer à la stimulation de leur imaginaire pour leur faire concevoir un avenir et d’autres possibles.

Top