Festival Ciné Junior : Édition 2003

Programme de deux moyen et long métrages

Le Septième Ciel
Narjiss Nejjar / Fiction / Maroc / 2001 / 39 min
Une jeune bergère croise chaque matin des écoliers. Elle rêve d’échanger sa liberté contre un morceau d’ardoise. Mais son père instituteur pense que sa place est avec les moutons.

Il faut regarder Le 7ème Ciel comme un poème et accepter d’entrer dans un univers où le réalisme est remplacé par la métaphore, la violence suggérée et la douleur symbolique. Un poème qui aurait pour décor la beauté du monde et dans lequel pourtant on respirerait mal. Un poème qui raconterait la terrible histoire de l’enfance bafouée. Le décor est unique, mais, la caméra explore tous les champs possibles qu’offre ce rivage méditerranéen. Des lieux à ciel ouvert deviennent des espaces fermés autour de la bergère, des prisons de solitudes ou de rêves. Le paysage est mis en scêne, tantôt, la fillette y devient une minuscule silhouette qui parcourt le cadre et se fond dans la beauté du paysage, tantôt, sa présence douloureuse occupe toute l’image et la nature devient le théâtre de son drame. L’histoire de cette bergère a la dimension d’une tragédie dans un décor qui évoque l’éternité.

Le Miroir du fou
Narjiss Nejjar / Fiction / Maroc / 2001 / 61 min / VOSTF
Au milieu du désert, de chaque côté d’une frontière, un homme et une femme viennent vendre quelques objets. Ils se rencontrent chaque jour, s’observent, s’agacent, s’intimident.

"Aujourd’hui se vit dans l’incompréhension et parfois dans la douleur une problématique universelle, celle qui oppose les hommes aux femmes, un pays à un autre. J’ai donc écrit une histoire qui concentrerait cette incompréhension, ce rapport de force que chacun tente d’imposer sa frontière, pour mieux la dépasser. J’avais envie d’une forme différente, planter un décor au milieu de nulle part, un néant presque parfait et faire intervenir des personnages que l’on croit d’abord fous pour découvrir que la folie n’est pas toujours celle que l’on croit. La naïveté de cette histoire est à la mesure de l’espoir qu’elle porteÖqu’un jour disparaissent les barrière de barbelés entre les Hommes" Narjiss Nejjar

Top