défiler jusqu’en haut !
Cinéma Public - Cine junior
 Téléchargez le programme 2020
 Télécharger le dépliant journées pro

14e édition

Du 28 janvier au 10 février 2004

Compétition

Longs métrages

Les Conteurs du Val de Javé

Eliane Caffé

Titre original : Narradores de Javé

Fiction / Brésil / 2002 / 104 min / VOSTF

La construction d’un barrage va engloutir le village de Javé. Puisque seuls des lieux historiques prestigieux seront préservés, les habitants vont inventer ou raconter, en tout cas s’improviser « conteurs de Javé », car ils espèrent que la transcription de leur passé dans un livre avec « preuves » à l’appui va permettre de préserver leurs maisons ! Mais comment s’y prendre dans un village presque entièrement analphabète. Le postier, Antonio Bià, sera chargé de la mission délicate de transcrire les récits des villageois. L’enjeu est grand en effet : sauver le village de la destruction en démontrant que son histoire fait partie du patrimoine inaliénable du Brésil. Le film frappe par sa vision caustique : une majorité d’analphabètes vont croire à la puissance évocatrice des mots. Le verbe doit conjurer leur destin, changer leur sort.

Jiburo

Lee Jeong-Hyang

Titre original : The Way Home

Fiction / Corée du sud / 2002 / 87 min / VO interprétation en direct

Sang-woo, sept ans, va passer les vacances à la campagne chez sa grand-mère. Enfant de la ville, il apporte son jeu vidéo et ses boissons préférées. Il refuse de communiquer avec cette vieille femme muette et lui parle par signes. Le temps passe, les réserves s’épuisent, les piles aussi… Des enfants de son âge travaillent aux champs dans ce hameau. Leur regard est bienveillant, mais Sang-woo les ignore et les méprise. Il déteste cet endroit où la seule distraction est une vache qui course les enfants…
C’est un film sur le choc de deux mondes, la ville et la campagne, les vieux et les jeunes. C’est aussi un film sur la solitude et les liens disloqués. Leur rencontre brutale, non désirée, crée d’abord uniquement des conflits et des drames. Petit à petit, des adultes différents qui respectent sa grand-mère, des enfants qui l’aiment bien et l’aident vont éduquer Sang-woo, le rééduquer même, lui apporter le rire et le sourire. Taciturne, affamé, constipé, égoïste il va découvrir à travers de petits gestes et attentions, que, comme disait Brecht, c’est très fatigant d’être méchant…

Ciné Ju 2004

Valentin

Alejandro Agresti

Fiction / Argentine, Pays-Bas, France / 2002 / 80 min / VOSTF

Argentine, fin des années 1960. Valentin, huit ans, n’a pas sa langue dans sa poche. Sa mère est partie depuis longtemps et son père est toujours absent, absorbé par son travail ou par ses conquêtes féminines. Valentin vit donc chez sa grand-mère, une vieille femme ronchon qui ne s’est pas remise du décès de son mari. S’il subit le poids d’un quotidien pas franchement rose, Valentin s’évade en rêvant de devenir astronaute. Il trouve également du réconfort auprès de Rufo, un adulte qui a conservé une âme enfantine — et de Leticia, la nouvelle fiancée de son père. Alors, au gré des événements, Valentin construit son propre monde, tout en restant ouvert aux autres.
La question du regard est au centre du film. C’est d’autant plus manifeste que la vue de Valentin n’est pas à cent pour cent et qu’il louche un peu. Sans doute à cause de ce défaut physique, il n’a de cesse de regarder les choses en face, de voir ce que souhaitent lui dissimuler les adultes, d’en prendre conscience devenant alors pleinement acteur de sa vie. Régulièrement plus mature que les adultes, Valentin est en fait un personnage du lien, passeur entre le monde de l’enfance et celui des adultes, entre une époque révolue, un présent peu reluisant et un futur souhaité ouvert dans lequel il trouve des lueurs d’espoir.

Le Train de l’enfance

Syrous Hassanpour

Titre original : The Childhood Train

Fiction / Iran / 2003 / 1h30 / VOSTF

Deux camarades de classe décident, pour le journal de l’école, de rencontrer une personnalité locale connue. Le fermier courageux n’étant pas chez lui, les enfants décident de l’attendre et d’aider sa femme à la ferme. Sur le chemin du retour, la vie leur donnera une leçon qu’ils n’oublieront pas de sitôt.

Des Adieux difficiles

Penny Panayotopoulou

Titre original : Dyskoloi apohairetismoi : O babas mou

Fiction / Grèce / 2002 / 108 min / VOSTF

À Athènes en 1969, le jeune Elias vit avec ses parents et son frère aîné. Son quotidien est bouleversé le jour où son père disparaît brutalement dans un accident de la route après lui avoir promis d’être de retour pour qu’ils puissent vivre ensemble les premiers pas de l’homme sur la lune. Elias, qui refuse de tout son être cette séparation brutale, emploie alors tout son imaginaire à faire revivre au quotidien ce père idéalisé au travers de conversations secrètes et de stratagèmes allant jusqu’au mensonge. Ainsi commence l’attente qui les mènera lui et ses proches jusqu’à ce jour du 21 juillet 1969 où, loin de la ville, il fera ses premiers pas dans la vie d’homme. Certes le film parle du cheminement intérieur d’un enfant qui ne saura jamais dire « au revoir » mais plus largement aussi du changement dans nos perceptions du monde depuis ce jour où le rêve est devenu réalité.

Des Epaules solides

Ursula Meier

Fiction / Suisse, France, Belgique / 2002 / 95 min

Sabine est une adolescente qui suit sa scolarité dans un internat mixte de sport-études et se destine à la compétition de haut niveau. C’est le début de l’été et le championnat approche. Entraînée par Gelewski, un ancien athlète avec qui elle entretient des rapports conflictuels, elle n’a qu’une idée en tête : améliorer ses performances, dépasser ses limites et maîtriser son corps jusque dans ses plus « petits réglages ». Mais ce n’est pas si simple lorsqu’il faut gérer une situation familiale difficile, un corps en pleine transformation et le regard des autres. Acharnée, butée, elle se renferme peu à peu dans la solitude et s’inflige un entraînement draconien. L’heure fatidique de la compétition approche et Sabine n’est pas prête…

Loco 33

Diego Arsuaga

Titre original : El Ultimo Tren

Fiction / Uruguay / 2002 / 93 min / VOSTF

Les membres des « Amis du rail » de Montevideo sont en réunion. La discussion fait rage. À l’ordre du jour, un plan d’une grande témérité et tout à fait illégal : celui de s’emparer d’une vieille locomotive, Loco 33, elle aussi à la retraite depuis longtemps, un des symboles du patrimoine uruguayen qui vient d’être achetée par un studio hollywoodien. Deux membres de l’association, le professeur et le secrétaire décident de tenter l’aventure, à condition que Pépé soit aux commandes. Ce dernier emmène son petit-fils, ce qui inquiète ses coéquipiers…
« Il est difficile de classer ce film dans un genre, parce qu’il dispose d’éléments variés, de la comédie jusqu’au roadmovie, mais je crois que d’une certaine manière il est proche d’un western ». En s’exprimant ainsi, Diego Arsuaga met l’accent sur ce qui rattache son film à une grande tradition cinématographique américaine dans la mise en valeur des grands espaces et du chemin de fer, véritable personnage attendu, célébré, attaqué. également dans le rôle joué par les autorités (ici le représentant d’un grand studio d’Hollywood) et par les personnages hors la loi. Des hors-la-loi défendant une idée politique du droit patrimonial, donc. Mais qui n’ont d’autres armes que leur volonté de sauver leur locomotive et le soutient des paysans coupés du monde depuis la mise hors service de la ligne ferroviaire.

Le Costard

Alberto Rodriguez

Titre original : El Traje

Fiction / Espagne / 2002 / 102 min / VOSTF

Patricio est un jeune Espagnol d’origine camerounaise, qui partage sa vie entre son travail et l’appartement qu’il habite avec Georges et Roland. Un jour, il acquiert un élégant costume en paiement d’un menu service. Le lendemain, jour de congé, il met le costume, se parfume et part flâner sur les boulevards chics de la ville. Grisé, satisfait, il rentre chez lui et s’aperçoit que ses amis ont désertés le lieu ? Sans argent, il atterrit pour la nuit dans un hospice en compagnie d’un escroc qui lui raconte des histoires pour mieux le voler durant son sommeil. Au matin, désemparé, il s’obstinera à le retrouver et entamera avec lui une relation faite d’antagonisme et de curiosité réciproque.
« El traje », en français le costume ou l’habit selon que l’on use du vêtement pour paraître ou pour se vêtir, est un récit initiatique pour les personnages comme pour le spectateur confronté à ses propres préjugés. Il s’agira pour le spectateur de s’immerger dans quelque chose qui dit notre époque, celle d’une immigration ouvrière, économique, politique. « El traje » renvoie aussi à la question de l’être et de l’avoir : porter le costume suffit-il à dire notre identité ? Pour être, comment paraître ? Le miroir, comme l’habit, revient souvent, comme si notre regard convoqué devait interroger ces objets mutiques…

L’Ile

Costanza Quatriglio

Titre original : L’Isola

Fiction / Italie / 2003 / 103 min / VOSTF

Turi et sa sœur Teresa vivent sur une île avec leurs parents pêcheurs. Turi a quatorze ans, il est distrait et malhabile et doit bientôt participer aux côtés de son père à l’épreuve de la pêche au thon. Il supporte difficilement la présence de Leonardo, l’apprenti pêcheur de son père, plus âgé et adroit que lui. Teresa a dix ans et elle adore son frère. Elle voudrait l’accompagner partout, même lorsqu’il part travailler en mer.
L’été, la vie de Teresa change : elle travaille au petit café du port. Elle y rencontre Margherita, une adolescente de passage qui va transformer les relations entre frère et sœur. Jeux de séduction et jalousie vont tour à tour les bousculer et les faire grandir. Les histoires de Turi et de sa sœur se confondent avec l’histoire de l’île où, chaque jour, les coutumes d’un autre âge se heurtent à la modernité.

Hors Compétition

Film Hors-Compétition

Kiki la petite sorcière

Hayao Miyazaki

Titre original : Majo no Takkyubin

Animation / Japon / 1989 / 102 min / VOSTF

Film projeté en avant-première

Kiki, une jeune apprentie sorcière âgée de 13 ans, doit quitter la maison familiale, selon la tradition, pour vivre une année par elle-même. Par une nuit de pleine lune, Kiki s’envole donc sur son balai, emportant avec elle son chat Jiji, vers une grande ville lointaine où elle décide de s’installer, et de faire preuve de sa capacité d’intégration et d’indépendance.


Auteur complet, tout à la fois scénariste, animateur et réalisateur, Hayao Miyazaki se distingue par la crédibilité de ses visions les plus étranges, alimentées par ses souvenirs d’enfance, prolongées par des lectures, avec un grand souci du détail. Il manie gracieusement un éventail thématique allant de l’heroic fantasy à la chronique contemporaine. Avec toujours un décalage dans le temps (des destins en devenir et des revenants des temps héroïques) et l’espace : des héros volontiers marginaux funambulant sur un fil tendu entre azur et plancher des vaches…

Thématique Arts 2 Rue

Slam

Marc Lévin

Fiction / Etats-Unis / 1998 / 95 min / VOSTF

Ray Joshua n’a pas de chance. Il est né dans l’un des quartiers pauvres de Washington, un de ces ghettos peuplés essentiellement d’Afro-Américains où une bonne partie de la population masculine finit fauchée par une balle ou emprisonné. Ray n’est pas un caïd. Il essaie juste de rattraper ses rêves en dealant ses rimes et occasionnellement un peu d’herbe, tout en caressant le rêve de pouvoir un jour faire un disque. Sa vie bascule le soir où Big Mike, son dealer, est abattu en pleine rue sous ses yeux. Envoyé en prison, il est confronté à la violence de l’univers carcéral et se voie contraint de choisir son camp entre les deux bandes rivales qui contrôlent les lieux. Mais Ray possède une arme puissante qui fait mouche : les mots…

Un spectacle de danse Hip Hop intitulé « Time to be Free » par la compagnie Spirit N’ Moov Project proposé en partenariat avec la Biennale de Danse du Val-de-Marne sera offert à la suite de certaines séances du film. Réservation obligatoire auprès des salles pour ces séances.

On n’est pas des marques de vélo

Jean-Pierre Thorn

Documentaire / France / 2003 / 90 min

« On n’est pas des marques de vélo » est une expression qui désigne le dernier degré d’avilissement dans l’échelle sociale. Employée par les jeunes de cité, elle traduit leur profond sentiment d’exclusion et d’humiliation.
Portrait d’un jeune danseur Hip Hop de 30 ans, Bouda, victime de la loi de la « double peine » qui, au sortir d’une peine de prison, expulse les enfants de l’immigration vers des pays d’origine qui leur sont devenus étrangers. Une épopée musicale, chorégraphiée Hip Hop, relatant un destin à la fois individuel et collectif au cœur des banlieues nord de Paris.

Un spectacle de danse Hip Hop intitulé « Time to be Free » par la compagnie Spirit N’ Moov Project proposé en partenariat avec la Biennale de Danse du Val-de-Marne sera offert à la suite de certaines séances du film. Réservation obligatoire auprès des salles pour ces séances.

Scratch

Doug Pray

Documentaire / Etats-Unis / 2001 / 88 min / VOSTF

« Scratch » est un documentaire qui propose un tour d’horizon complet de l’univers des génies méconnus que sont les DJs. Dans l’ombre des rappers qui occupent le devant de la scène, les véritables concepteurs de cette musique officient en coulisse. Les DJs sont les architectes musicaux du rap. Depuis les pionniers qui, à la recherche de nouvelles sonorités, furent les créateurs de ce son jusqu’aux prodiges actuels au talent et à la culture musicale immense, voici la saga de techniciens des platines qui ont révolutionné le rap.

Le western Européen

Le Bon, la Brute et le Truand

Sergio Leone

Titre original : Il buono, il brutto, il cattivo

Fiction / Italie / 1966 / 148 min / VF

États-Unis, durant la guerre de Sécession. Un chasseur de primes sarcastique (le bon), un tueur à gages dénué de scrupules (la brute) et un voleur particulièrement fourbe (le truand) se croisent, collaborent ou s’affrontent en vue de récupérer les deux cent mille dollars cachés par un soldat sudiste.

Mon nom est Personne

Tonino Valerii

Titre original : Il mio nome e Nessuno

Fiction / Italie, France, Allemagne / 1973 / 125 min / VOSTF

1895. Jack Beauregard est le tireur le plus rapide de l’Ouest. C’est également un homme fatigué qui n’a désormais qu’un souhait : se retirer en Europe. Il rencontre Personne, l’un de ses jeunes admirateurs qui le suit et tente de le convaincre d’affronter seul la fameuse Horde sauvage qui sème la terreur à travers certains États. Le meilleur tireur de l’Ouest se risquera-t-il à se battre contre cent cinquante hommes en vue d’entrer dans la légende ?

Daisy Town

Morris

Animation / Belgique, France / 1971 / 76 min

Une prairie déserte ; une caravane la traverse et décide d’y construire une ville : Daisy Town. Rapidement, la confusion et la violence y règnent et il faut l’intervention de Lucky Luke, un cow-boy solitaire, pour en chasser les bandits, les indiens et y rétablir l’ordre.

Projetez-les haut et court

Programme de courts métrages

Chedope
Fred Cavayé / Fiction / France / 2002 / 16 min
Une parodie de western dans laquelle un homme tente de braquer une ANPE !

Lazy Sunday Afternoon
Bett Gottschalk / Animation / Allemagne / 2000 / 9 min
Le désert. Un vautour savoure le calme d’un bel après-midi. Soudain un véhicule bruyant ruine la tranquillité de la scène. Deux pistoleros sortent de la voiture, prêts à se battre en duel. Le vautour observe et s’apprête à profiter de la situation.

Mort dorée
Fabrice Castanier / Fiction / France / 1996 / 17 min
Joao et Benjamin, deux gosses de banlieue sur la piste des Kiowas… Un voyage initiatique au cœur de l’imaginaire de l’enfance où fiction et réalité se mêlent en d’étranges rituels…

Le western
Frédéric Darie / Fiction / France / 1999 / 3 min
Petite histoire de l’ouest à la manière d’autrefois.

Courts métrages

Défis de filles

Programme de courts métrages.

 

L’Escalier
Frédéric Mermoud / Fiction / France, Suisse / 2003 / 22 min
Rachel, 15 ans, est amoureuse d’Hervé, un jeune lycéen qui ne vit pas dans son quartier. L’escalier de son immeuble devient leur lieu de rencontre où ils se retrouvent, s’embrassent, et se découvrent. Cachés, entre les étages et les recoins, ils deviennent des voyeurs privilégiés des récits de vies des voisins. Une nuit, Hervé lui propose de partir pour la Normandie.
« L’Escalier », paradoxalement, est un film de portes où ce qui s’y joue se devine dans l’entrebaillement, de ce secret derrière la porte, entre les mots qui s’échangent ou s’arrachent, porte interdite, porte à franchir. Métaphore sexuelle ou plus précisément incarnation. Une histoire de cinéma, entre réalité et simulacre, le mot et l’image. Quelque chose de grave et de léger.

La Galette des rois
Irène Sohm / Fiction / France / 2001 / 20 min
Laura vient d’avoir 18 ans. Pour donner un sens à cette étape symbolique, elle décide de rejoindre bénévolement une association d’aide sociale. Elle s’apercevra que son rêve est différent de la réalité, mais elle apprendra que « aider » demande du temps, de l’humilité et le sens du travail en équipe.
« La Galette des rois » joue volontiers sur le mode de l’ironie, à la fois sur ses personnages principaux, quatre jeunes filles de banlieue au sortir de l’adolescence, et sur les présupposés du spectateur. Avec comme idée motrice que filmer l’autre n’est jamais acquis.

Peau de vache
Gérard Hustache-Mathieu / Fiction / France / 2000 / 22 min
Claudine vit à la campagne et seconde ses parents aux champs. Les vaches sont ses seules amies, elle s’en occupe tous les jours. Claudine a des secrets inattendus qu’elle garde précieusement car toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire…
Réjouissante chronique rurale et métaphorique, Peau de vache est à prendre et savourer tiède, tel ce gros plan sensuel d’une main féminine caressant avec langueur une rousse fourrure bovine.

Les Baisers des autres
Carine Tardieu / Fiction / France / 2002 / 13 min
C’est l’histoire d’une gamine de quinze ans qui trouve la vie écœurante. En pleine crise d’adolescence, Sandra s’en prend à tout le monde : que ce soit au lycée ou en famille, rien n’échappe à ses critiques et à ses sarcasmes.
« Les Baisers des autres » se goûte comme un diabolo-menthe, un film à la fraîcheur acidulée et au piquant sucré de la jeunesse, mettant le spectateur à une distance ni trop petite (sentimentalité larmoyante qui risquerait de le noyer) ni trop grande (mépris de celui qui ne sait plus son enfance au risque de se perdre).

Courts sur patte

À partir de 5 ans.

Programme de courts métrages. 

 

Le Voyage en ballon (Bollongexpeditionen)
Anna Bengtsson / Animation / Suède / 2002 / 20 min / VO interprétation en direct
Harriet Iver-Larsen est une fourmi ingénieuse qui vient de mettre au point un dirigeable gonflé d’air. Accompagnée de ses collègue aussi astucieuses que courageuses, elle se lance dans une expédition à la découverte du monde. Le voyage en ballon s’avère toutefois plein de péripéties.
La particularité de ce film est bien sûr la transposition à l’échelle des fourmis d’une expédition scientifique en ballon. Une voix off nous lit le journal d’Harriet Iver-Larsen, tenu avec une rigueur toute scientifique et foisonnant d’observations.

L’Hiver de Jim (Jims Vinter)
Gun Jacobson / Animation / Suède / 2002 / 13 min / VO interprétation en direct
Lorsque Jim, la sauterelle, se réveille au milieu de l’hiver, il a très froid. Il se met en quête d’un pantalon et arrive dans une ville. Mais une sauterelle peut-elle s’adapter à la ville et au froid ?
L’animation mêle des éléments découpés, du pastel sur papier et de la peinture sur papier

Le Ver luisant (Firefly)
Dace Riduze / Animation / Lettonie / 2002 / 10 min
Alors qu’une grande fête se prépare chez les insectes, un jeune ver luisant ne brille pas suffisamment en raison d’un mauvais contact. Cela lui occasionne des problèmes avec les autres vers luisants et l’empêche de trouver une petite amie. Comment remédier à cette défaillance et prendre part à la fête ? Heureusement, l’amour peut faire des miracles.

Tootletubs et Jyro / Turilas et Jäära

À partir de 4 ans.

Mariko Harkonen et Ismo Virtanen / Finlande / 2003 / 9 x 5 min / sans dialogues

Programme de courts métrages.

 

L’Invité surprise
La vie de Jäära, ermite bougon, bascule quand le joyeux Turilas tombe du ciel à travers le toit de son logis.

L’Enfant trouvé
Les nouveaux amis trouvent un œuf d’où éclot bientôt une larve réclamant tous les soins dus à un nourrisson.

Le Jour du chewing-gum
Un encombrant chewing-gum trouvé dans une décharge provoque une dispute entre les deux compères.

L’Autostoppeur
Turilas et Jäära prennent en stop le vieux bouvier et sa puante boulette de fumier.

Le Nectar
Les entreprenants insectes décident de récolter le nectar des fleurs avec une machine de leur invention.

La Puce électronique
Grâce à une puce électronique trouvée dans un vieux poste de radio, les deux compères découvrent les charmes de la télévision.

Les Fous du volant
Adieux la vieille guimbarde à pédales, quand les insectes prennent go_t à la vitesse au volant d’une voiture de sport.

Framboise ou Libellule
Cruel dilemme pour les deux compères entre une appétissante framboise et une Libellule menacée de noyade.

Cueillette
Les gourmands insectes espèrent récolter la plus grosse et la plus belle des pommes.

Courts m’étranges Opus 2

Programme de courts métrages.

 

Ephémera
Janne Hansen / Animation / Norvège / 1997 / 3 min
« Ephémera » est réalisé en pellicule grattée. Cette technique consiste, au lieu de filmer image par image les éléments du film, à dessiner directement sur la pellicule, sur chaque photogramme, en grattant l’émulsion du film et en y apposant éventuellement des couleurs. La pellicule grattée et le dessin direct sur la pellicule sont des techniques utilisées depuis les premiers films d’animation et notamment pour des films non narratifs et/ou non figuratifs qui s’apparentent au cinéma expérimental (films de Norman Mc Laren, Emile Cohl). Comme pour « Ephémera », il s’agit de films qui travaillent avant tout sur le trait et la couleur d’une part. Sur le rythme et la musique d’autre part. Sachant qu’il faut 24 photogrammes pour faire une seconde de film, il est aisé de penser ensuite les choses de manière rythmée et musicale.

Le Portefeuille
Vincent Bierrewaerts / Animation / Belgique / 2003 / 10 min
« Le Portefeuille » s’apparente à un film d’animation narratif classique. S’il trouve pourtant sa place parmi ces films expérimentaux, c’est parce qu’il expérimente une forme de narration particulière. L’originalité de la narration tient dans la superposition des histoires, des destinées, dans une même image. « Et si j’avais fait ça qu’aurait été ma vie ? » Le film est une réponse ludique et colorée à cette question. Chaque réalité peut se décomposer en une infinité de possibles comme une couleur en une infinité d’autres couleurs.

Oïo
Simon Goulet / Animation / Canada / 2003 / 8 min
Comme beaucoup de films expérimentaux, « Oïo » fonctionne avant tout sur les impressions esthétiques visuelles et sonores des formes, des couleurs et de la musique ainsi que sur la surprise que suscite le parti pris de réalisation : l’originalité de l’idée et la prouesse technique. « Oïo »est une « cinépeinture », une sorte de tableau mobile, constitué par les mouvements de la peinture en vol. Ces mouvements éphémères sont difficilement observables. Grâce au dispositif qu’il met en place, Simon Goulet capte ces mouvements chaotiques et aléatoires pour en faire un nouvel espace visuel esthétique et harmonieux. Ce film a été très long et complexe à réaliser. Sa réalisation s’est déroulée sur onze ans et a nécessité : 540 litres de peinture, 56 couleurs, 7000 mètres de pellicule, 33 000 images numérisées, 360 images par seconde, une catapulte créée spécialement pour le film.

Trois Petits Chats
François Vogel / Animation / France / 2002 / 6 min
Un exercice de style où les mots et les images jouent entre eux, se déforment, se mélangent.

Flux
Christopher Hinton / Animation / Canada / 2002 / 8 min
Flux retrace la vie de deux générations d’une famille. Mais nous sommes bien loin d’une narration classique. Par son graphisme éclaté, son animation très rapide, plus que raconter une histoire, il suggère le désordre de la vie, l’entropie, le passage inexorable du temps.

Fast Film
Virgil Wildrich / Animation / Autriche, Luxembourg / 2003 / 14 min
L’Histoire du cinéma, du muet à nos jours, à travers tous les styles de films : burlesque, espionnage, cape et épée, western, comédie musicale, fantastique. C’est un hommage au cinéma, avec un regard un peu nostalgique sur tout ces comédiens et ces films, qui, même si on ne les a pas tous vus, semblent familiers. C’est aussi l’Histoire, comme l’archétype des histoires de tous les films. En nous montrant une poursuite faire de vingt poursuites, Virgil Widrich nous dit La Poursuite comme une métaphore de toutes ces poursuites dont notre mémoire et notre imaginaire sont remplis. Ainsi démultipliée l’image ne représente plus, elle symbolise. Et ce sont tous les archétypes du cinéma qu’évoque Virgil Widrich : l’homme, la femme, l’amour, la poursuite, la peur, le gentil, le méchant, le danger, le combat, le sauveur, les retrouvailles.

P’tits bouts de courts

À partir de 5 ans.

Programme de courts métrages.

 

Le Trop Petit Prince
Zoia Trofimova / Animation / France / 2001 / 7 min
Le soleil se lève et le Trop Petit Prince ouvre ses fenêtres. Alors qu’il nettoie sa maison, il regarde le soleil et y voit une énorme tache. Le Trop Petit Prince n’en croit pas ses yeux.
Comment la faire disparaître pour que le soleil brille de tous ses feux ? Et comment atteindre le soleil qui est si haut dans le ciel, quand on est un Trop Petit Prince ? Mais le Trop Petit Prince ne manque pas d’imagination et de persévérance pour parvenir à nettoyer cette tache gênante. Ce film malicieux et plein de poésie, se termine par une chute, un clin d’oeil au jeune spectateur, qui réserve une mauvaise surprise au Trop Petit Prince à son réveil !

Bonhommes
Cecilia Marreiros-Marum / Animation / France/Belgique / 2003 / 8 min 30
« Bonhommes » est l’histoire de deux bonhommes. Le premier est un petit garçon. Le second est l’œuvre du premier, un bonhomme de neige. Lorsque le garçon crée le bonhomme de neige, il y met toute son énergie, son imagination, son enthousiasme, et beaucoup d’espoir. Mais le bonhomme de neige ne peut pas répondre à ses attentes : il peut être son compagnon de jeu, son ami, mais il ne peut résister aux intempéries. L’originalité de ce film vient de ce que l’image est dans un cadre (parfois deux ou plus), et non sur l’écran devenu un simple fond noir. Le film joue avec ce(s) cadre(s) qui change(nt) de taille et de place sur le fond noir.

Sing, Sing, Sing
Roswitha Menzel / Animation / Allemagne / 2002 / 12 min
Une couturière travaille sur sa machine à coudre. La nuit, sur le toit de l’immeuble, elle attrape un nuage dont elle se fait une robe et joue à la chanteuse d’opéra. La nuit suivante, c’est une sirène qu’elle attrape ! Une sirène qui aime chanter et danser… Le film, réalisé en pâte à modeler, prend des allures de comédie musicale, quand des moutons aux toisons colorées se mettent à danser… Étonnant !

Le Gnome de Myriam
Mait Laas / Animation / Estonie / 2002 / 7 min
La nuit de Noël, un petit garçon dort dans sa chambre avec son chat et sa poule. Un gnome coiffé d’un chapeau de Père Noël entre dans la chambre, il veut déposer des clémentines dans les chaussons de l’enfant. Mais la mission se révèle plus délicate que prévue à mener à bien. Heureusement, le chat et la poule vont aider le lutin…

Le Jardin
Marie Paccou / Animation / France / 2002 / 6 min
Un film fantaisiste où un poisson est caché sous une feuille…
Un film qui nous rappelle les sensations et le plaisir d’être au jardin l’été : arroser les fleurs, s’allonger dans l’herbe ou dans une chaise longue… Le bonheur du soleil qui chauffe, interrompu par un orage subit et violent. Le plaisir de danser sous la pluie, comme ce couple. « Le Jardin » est réalisé en peinture animée sur verre avec des couleurs intenses. La technique ajoute à la sensualité du film.

Une Créature de rêve
Isabelle Faivre / Animation / France / 2002 / 9 min 30
Une fillette joyeuse et espiègle saute à la corde, mais sa mère lui prend son jouet. Elle vit ensuite des expériences réelles et imaginaires librement, en dehors du regard et des interdits des adultes. Le dessin, réalisé avec des crayons de couleur, joue sur la simplicité, tel une esquisse.

Le Trésor du têtard salé
Amandine Frodon / Animation / France / 2002 / 4 min
Un vieux baroudeur de pirate prend la mer pour retrouver un fabuleux trésor. Notre patibulaire aventurier jubile lorsqu’il aperçoit sous l’eau le scintillement d’un coffre bourré d’or à l’exact endroit indiqué par sa carte. Seulement voilà, un gros poisson monte la garde. Bon gré mal gré il faudra faire avec lui. Dessin animé sur cellulo et bande-son drôlatique.

Vidéorama

Des sons, des couleurs

À partir de 5 ans.

Programme de courts métrages.

 

Une Vie à vivre (A Life to Live)
Maciej Adamek / Documentaire / Pologne / 2003 / 20 min / VO interprétation en direct
En Pologne, une école maternelle spécialisée. Âgés de 3 à 5 ans, les enfants entrent dans une période de double apprentissage : celui de tout enfant de cet âge et celui d’être aveugle… Par le jeu, le toucher, ils s’initient aux sens, aux repérages spacio-temporels, etc. Captation sensible, « Une Vie à vivre » nous livre aussi leurs imaginaires et leurs rêves.

Le Blues du poisson chat (Catfish Blues)
Hoël Caouissin / Animation / France / 2002 / 28 min
Theodore Roosevelt Young est un jeune noir de 12 ans qui vit sur les bords du Mississipi dans les Etats-Unis des années 30. Comme il passe son temps à pêcher des poissons-chats, tout le monde le surnomme « Catfish ». Theodore n’aime pas aller travailler à la plantation de coton, non par paresse, mais plutôt parce qu’il rêve de suivre les traces de son oncle Eddie Steeles, un joueur de blues itinérant. Il admire son oncle et se verrait bien faire le même métier que lui, alors que les membres de la famille Young l’imagineraient plutôt devenir fermier. Un jour, il s’embarque clandestinement sur un bateau en partance pour Memphis pour, à son tour, devenir un artiste célèbre…

Quand Papi et Mamie s’en mêlent

À partir de 5 ans.

Programme de courts métrages.

 

Les Fourmis de ma grand-mère
Chaitane Conversat / Animation / France / 2002 / 5 min
Chaque jour, une vieille dame a rendez-vous avec ses meilleures amies : les fourmis.

Naphtaline
Geoffrey Payen / Animation / France / 2002 / 3 min
Une vieille dame vit dans un petit appartement rempli de vieux souvenirs. Mais un voisin va découvrir son secret.

Le Cadeau empoisonné
Jean-Christophe Villard / Animation / France / 2002 / 26 min
Lou Anne reçoit un cadeau à la fois merveilleux et terrible. Elle décide de l’abandonner, mais il revient toujours. Luttant contre ses préjugés, la petite fille devient l’amie d’une très vieille dame qui lui parle de ce cadeau…

Les Jardins secrets
P’tit Bruno / Animation / France / 2003 / 9 min
Dans une vaste forêt, un grand-père et sa petite fille se promènent.La petite fille va découvrir qu’au milieu des bois toutes les rencontres peuvent survenir.

Drôles d’aventures

À partir de 8 ans.

Programme de courts métrages.

 

Tête de bocal
Fabien Limousin / Animation / France / 2002 / 8 min
Comment Wacky, créature aquatique qui ne peut respirer sous l’eau comme ses congénères, fait valoir son droit à la différence.

Marcellin Caillou
Claude Allix / Animation / France / 2001 / 22 min
Marcellin Caillou est un petit garçon qui devient écarlate pour un rien, tout le temps. Pour cette raison, il est très solitaire. Jusqu’au jour où il rencontre René Rateau : lui, ce sont ses éternuements intempestifs qui l’embêtent… Les deux enfants deviennent inséparables, et puis la vie les sépare jusqu’à ce que le hasard (et leur petit défaut) leur permette de se retrouver, adultes… Un très délicat dessin animé, tiré d’une œuvre de Sempé. Tons pastels, poésie et humanisme, tout l’univers du dessinateur du « Petit Nicolas » se retrouve dans cette très fidèle adaptation, fable sur l’amitié et la différence.

Verte
Serge Elissalde / Animation / France / 2002 / 26 min
A 11 ans, Verte ne montre aucun talent pour la sorcellerie. Pire, elle s’intéresse plus à Soufi, son copain de classe. Inquiète, sa mère l’envoie chez Anastabotte.

Courts d’écoles

À partir de 5 ans.

Programme de courts métrages.

 

Tauro
Matthias Daenschel / Animation / Allemagne / 2002 / 4 min
Le taureau est sauvage. L’homme veut le dompter. L’apprivoiser. Le manger. Et ce, depuis la nuit des temps.

Mer belle et peu agitée
Emmanuel Cerdan / Animation / France / 2002 / 7 min
Trois petits enfants arrivent en vacances au bord de la mer et découvrent un surprenant personnage…

Le Chou
Anne Larricq-Leride / Animation / France / 2002 / 4 min
Dans un paysage de choux et de citrouilles, le jeu intime et parcimonieux d’une famille qui se cherche.

The Rêveur Bird
Martin Coustenoble / Animation / France / 2003 / 2 min 30

Le Grand Jour
Raphaël Chabassol / Animation / France / 2003 / 3 min
Un couple peu ordinaire tente de se marier.

La Jung’
Nathalie Routin / Animation / France / 2002 / 7 min
Dans une jungle imaginaire, deux personnages essaient d’attraper un fruit inaccessible.

Le Trésor du têtard salé
Amandine Frodon / Animation / France / 2002 / 4 min
Un vieux baroudeur de pirate prend la mer pour retrouver un fabuleux trésor. Notre patibulaire aventurier jubile lorsqu’il aperçoit sous l’eau le scintillement d’un coffre bourré d’or à l’exact endroit indiqué par sa carte. Seulement voilà, un gros poisson monte la garde. Bon gré mal gré il faudra faire avec lui.

Sucre d’orge
Bruno Saint-Olive / Animation / France / 2003 / 4 min
Une petite fille se promène dans la forêt en mangeant un sucre d’orge.
Bientôt, elle découvre sur sa sucrerie quelque chose d’étrange.

Un Gros Billet
Frédéric Martin / Animation / France / 2003 / 4 min
Un billet de banque, apparemment perdu sur un trottoir, sème la zizanie chez les passants.

Si le son s’aventure

À partir de 10 ans.

Programme de courts métrages.

 

Si le son s’aventure
Frédérique Devillez / Documentaire / Belgique / 2003 / 21 min
Voyage dans la musique contemporaine à travers les yeux, les gestes, l’imaginaire des enfants d’une petite école maternelle de Bruxelles. Le passeur de ce voyage, c’est Michaël, ce personnage singulier qui nous fait traverser de multiples aventures sonores.

Une Vie à vivre (A Life to Live)
Maciej Adamek / Documentaire / Pologne / 2003 / 20 min
En Pologne, une école maternelle spécialisée. Âgés de 3 à 5 ans, les enfants entrent dans une période de double apprentissage : celui de tout enfant de cet âge et celui d’être aveugle… Par le jeu, le toucher, ils s’initient aux sens, aux repérages spacio-temporels, etc. Captation sensible, « Une Vie à vivre » nous livre aussi leurs imaginaires et leurs rêves.

Zanimodingos

À partir de 3 ans.

Programme de courts métrages. Série Zanimodingos.

 

La Maladie de Lolo, Le Saxophone, Le Dromadaire en ballon, Quel cirque !, Le Reportage, Le Grand Festival de la carotte, Que fait le livreur ?
Christophe Barrier et Frédéric Clémenceau / Animation / France / 2002 / 5 min
Au cœur de la forêt Toc-Toc évoluent des personnages faits de bric et de broc, comme Lolo, la vache crémière, Olaf, l’élan médecin, Edouard, le cochon épicier, Flac, le lapin jardinier et Noss, le chien détective.

Avant-premières

Horus, prince du soleil

Isao Takahata

Animation / Japon / 1968 / 82 min / VOSTF

Film présenté en avant-première

Dans les temps anciens, les hommes du nord vivent encore sous le joug de créatures surnaturelles. Le jeune Horus mène une existence paisible en compagnie de son père et de son compagnon Koro, un ourson. Attaqué par une horde de loups, Horus est secouru par un géant de pierre. En aidant à son tour le colosse, le jeune homme se voit confier une épée qui fera de lui, lorsqu’il sera en mesure de l’utiliser, le Prince du Soleil.
Épopée fougueuse située dans le japon mythique, « Horus, prince du soleil » est la première réalisation en long-métrage de Isao Takahata. Il est aussi le point de départ de l’un des plus fructueux compagnonnages artistiques : celui de Takahata avec Otsuka, Kotabe et Miyazaki. Film laboratoire, tournant stylistique majeur dans l’histoire de l’animation japonaise, Horus préfigure à bien des égards le futur « Princesse Mononoke ».

L’Ile de Black Mor

Jean-François Laguionie

Animation / France / 2003 / 85 min

Film proposé en avant-première

1803, sur les côtes de Cornouailles. Un gamin de 15 ans, le Kid, réussit à s’échapper de l’orphelinat, où il vit comme un bagnard. Il ne connaît pas son vrai nom est a pour seule richesse la carte d’une île au trésor, tombée du livre de Black Mor, un célèbre pirate auquel il aimerait tant ressembler…

Ciné-Concert

Sherlock Junior

Buster Keaton et Roscoe Arbuckle

Titre original : Sherlock Junior Detective

Fiction / Etats-Unis / 1924 / 42 min

Film mis en musique par les élèves des conservatoires de Villiers-sur-Marne, Maisons-Alfort et Bonneuil-sur-Marne, sur une composition musicale originale de Roberto Tricarri.

Un projectionniste est accusé par son rival d’un vol qu’il n’a pas commis. Se réfugiant dans une salle obscure, il s’endort et rêve qu’il pénètre à l’intérieur de l’écran. Il devient alors « Sherlock Junior, le détective le plus réputé du monde » et mène une enquête sur un vol qui lui permet de gagner les faveurs de sa belle. La réalité rejoindra-t-elle le rêve ? Buster Keaton campe un jeune détective qui veut faire carrière. Un des plus grands films du roi du burlesque.
Ce film dans le film est un brillant collage burlesque quasiment surréaliste, une géniale et puissante mise en abîme au service du grand commandeur des chimères qu’est le cinéma…

« Je vis mon rapport au cinéma muet comme un chemin sans recettes, sans a priori, sans idées reçues et j’ai le sentiment d’explorer, c’est ce qui m’anime en tant que musicien et compositeur, ce qui est somme toute une histoire d’amour entre l’image et la musique. […] Comme toutes les histoires d’amour, chacune est unique et toutes sont possibles. C’est une histoire de parti pris lié à une sensibilité personnelle. Mon parti pris est d’essayer à chaque fois de faire modestement oeuvre de création, de me mettre chaque fois face à du non-savoir faire. » Roberto Tricarri

Séance d'ouverture

Au Centre des Bords de Marne du Perreux-sur-Marne

- Ouverture, mercredi 28 janvier :
16h – Ciné-concert « Sherlock Junior » de Buster Keaton, mis en musique par Roberto Triccarri, avec les élèves des conservatoires de Villiers-sur-Marne, Maisons-Alfort et Bonneuil-sur-Marne, suivi d’un goûter
19h30 – Apéritif dinatoire
20h – Présentation du festival
20h30 – Projection en avant-première du film « Horus, prince du soleil » de Isao Takahata

Séance de clôture

Au Centre des Bords de Marne du Perreux-sur-Marne

- Clôture, dimanche 8 février :
Cérémonie de remise des prix suivie de la projection du film primé

Prix & Jurys

Chaque année un jury, composé de personnalités du monde du cinéma, de l’éducation et de la presse décerne le Prix Ciné Junior à l’un des films sélectionnés en compétition. Ce prix doté d’une somme de 8 000 euros aidera la distribution du film primé en France.
Le jury de cette 14e édition est composé de Luis Rego, comédien, Barbara Caspary, chef monteuse, Erwan Bonthonneau, OMACC, Jilani Saadi, réalisateur et Gérald Biot, directeur du centre d’animation Curial.

Le Jury CICAE est composé de trois exploitants. La CICAE (Confédération internationale des cinéma d’art et essai) prend en charge, pour le film primé, la réalisation et l’édition d’un matériel pédagogique à destination des salles Art et Essai en France, rassemblées au sein de l’AFCAE (Association française des cinémas d’art et essai).

5 classes d’établissements scolaires du Val-de-Marne seront « classes jury » durant le festival. Elles visionneront les neuf films en compétition et remettront les Prix du Jeune Public le dimanche 8 février 2004/
- Ivry : CM2 de M. Laurent Paulet, école élémentaire Einstein, CM2 de Mme Delphine Lucas de l’école élémentaire Einstein et 5e de Mme Apolline Larroumets du collège Molière.
- Le Perreux : 4e de M. Loyal du collège de Lattre
- Fontenay-sous-Bois : CM2 de Madame Léo de l’école Michelet

Une rencontre publique entre jury adultes et jeunes aura lieu le vendredi 6 février à 16h30 au cinéma Le Luxy d’Ivry-sur-Seine. Deux jurys, avec deux types d’expériences de la vie et du cinéma et qui vont avoir la tâche difficile de voir les 9 films en compétition pour finalement n’en retenir qu’un. Ces deux jurys vont avoir l’occasion de se rencontrer pour échanger impressions et méthode… Et, parce qu’exprimer son point de vue et construire son propre palmarès appartient à chaque spectateur, nous invitons le public du festival à assister à cette rencontre.